Papo & Yo

Une fable interactive dans laquelle la relation primaire entre l'enfant et son père fait l'objet d'une brillante allégorie racontant l'histoire d'un monstre et de son petit ami.

http://ar-ra1011.cmf-fmc.ca/fr/index.php/media_centre/video/124
Rookie Blue

Ventes : Danemark, Finlande, France, Allemagne, Pays-Bas, Norvège, Slovénie, Suède, Monde (sauf les É-U)

Auditoire moyen par minute : 1 805 000 
 

http://ar-ra1011.cmf-fmc.ca/fr/index.php/media_centre/video/126
Dieu Merci!

Un groupe d’artistes franchissent à tour de rôle une porte pour se retrouver dans un décor où ils ne savent pas du tout qui ils incarnent, ni dans quoi ils s’embarquent.

http://ar-ra1011.cmf-fmc.ca/fr/index.php/media_centre/video/119

Volet convergent

Le volet convergent soutient des projets canadiens multiplateformes dont le contenu doit être distribué sur au moins deux plateformes, dont la télévision et les médias numériques.

Plus précisément, au moyen de ce volet, le Fonds des médias du Canada (FMC) finance la création d’émissions télévisuelles et de contenu connexe destiné aux médias numériques dans les quatre genres sous-représentés suivants : dramatiques, documentaires, émissions pour enfants et jeunes, variétés et arts de la scène (VAS). La composante médias numériques exigée doit présenter un contenu riche et interactif et peut inclure des jeux, du contenu Web interactif, du contenu sur demande, des baladodiffusions, des webisodes et des mobisodes, par exemple.

Ainsi, le volet convergent permet aux Canadiens de visionner le contenu qu’ils désirent partout, en tout temps, sur la plateforme de leur choix.

Les programmes et les mesures incitatives qui constituent le volet convergent visent à encourager la production dans toutes les régions du Canada et dans les diverses langues parlées par les Canadiens. La majorité du financement du volet est versée au moyen du Programme des enveloppes de rendement.

Au moyen de ce programme, le FMC accorde des enveloppes de financement aux télédiffuseurs anglophones et francophones dont les montants reflètent leurs antécédents d’appui à la programmation canadienne. Les télédiffuseurs engagent ces fonds dans des projets canadiens qu’ils jugent susceptibles de plaire aux téléspectateurs. Bien que l’enveloppe de financement soit accordée aux télédiffuseurs, le financement est versé directement au producteur selon un échéancier de versement. Pour plus de détails, veuillez lire les principes directeurs du Programme des enveloppes de rendement.

Le Programme des enveloppes de rendement a été conçu afin d’offrir une plus grande capacité de planification du financement aux télédiffuseurs et à l’industrie de la production en allouant des fonds aux télédiffuseurs au début de chaque exercice financier. Veuillez consulter l’annexe Calcul des enveloppes de rendement pour obtenir des précisions.

Financement du volet convergent

En 2010-2011, le FMC a versé 288,3 millions de dollars pour financer la production de plus de 450 projets convergents, ce qui a permis de produire près de 2 500 heures de contenu. C’est le genre des documentaires qui domine en nombre de projets soutenus, suivi du genre enfants et jeunes, des dramatiques et des émissions VAS. Toutefois, la majeure partie des fonds a été attribuée à des dramatiques, puisque les budgets de production moyens sont plus élevés dans ce genre que dans les autres. Suivent les projets pour enfants et jeunes, les documentaires et les émissions VAS.

  2010-2011 Télévision Télévison - Moyenne des 5 années précédentes
  Financement M$ Heures de contenu Budget moyen par heure K$ Financement M$ Heures de contenu Budget moyen par heure K$
  Dramatiques 111,8 273 1 408 105.8 258 1 272
  Enfants et jeunes 37,6 304 512 35.7 321 520
  Documentaires 29,6 281 356 29.5 366 308
  VAS 3,6 57 219 3.5 44 280
Total anglais 182,6 915   174,5 989  
  Dramatiques 47,7 383 430 46.2 291 479
  Enfants et jeunes 14,6 369 147 12.4 337 135
  Documentaires 22,0 380 165 22.5 409 161
  VAS 9,5 359 156 6.2 193 193
Total français 93,8 1 491   87,3 1 230  
  Dramatiques 0,0 0 n.a. 0,0 0 n.a.
  Enfants et jeunes 1,2 20 166 0.9 12 338
  Documentaires 3.3 40 158 1.8 30 173
  VAS 0.3 7 77 0.5 14 172
Total autochtone 4,8 67   3.2 56  
  Dramatiques 0,1 3   n.a. n.a.  
  Enfants et jeunes 0,1 1   n.a. n.a.  
  Documentaires 0,7 14   n.a. n.a.  
  VAS 0,0 0   n.a. n.a.  
Total diversité linguistique 0.9 18 158 n.a. n.a. n.a.
               
Total général 282,1 2 491   265,0 2 275  

Notes de bas de page

Les projets à cycles divisés produits sur deux exercices (2009-2010 et 2010-2011) ne sont pas inclus dans ces résultats.

Les résultats indiqués pour les composantes médias numériques n’incluent que celles qui ont été financées par le FMC : 64% des projets convergents qui comportaient une composante médias numériques sur une seconde plateforme, a été financée par le FMC et 36 % n’ont pas cherché à obtenir des fonds du FMC pour la production des composantes médias numériques.

Les composantes télévision de huit projets convergents n'ont pas été financées (c’est-à-dire que seules leurs composantes médias numériques ont été financées par le FMC).

Financement du volet convergent
(% Télévision)

Financement du volet convergent
(Projets convergents 2010-2011)

Seconde plateforme

En 2010-2011, les projets étaient jugés convergents si la composante télévision :

  • est complétée par une ou par plusieurs composantes médias numériques;
  • sera diffusée par l’intermédiaire d’une distribution en ligne non simultanée; ou
  • sera diffusée par un service de vidéo sur demande (VSD) titulaire d’une licence de diffusion du CRTC.

Parmi les 450 projets convergents financés, quelques 40 % comportaient également des composantes médias numériques, environ 40 % ont été diffusés par l’intermédiaire d’une diffusion en ligne non simultanée et moins de 20 % ont été diffusés par un service de VSD. Toutefois, en ce qui a trait au financement, les projets convergents assortis de composantes médias numériques ont reçu plus des deux tiers du financement offert dans le cadre du volet.

    Financement M$ # de projets convergents Part de financement (%)
  Médias numériques 127,8 82 69
  Distribution numérique 22,0 62 12
  Vidéo sur demande 35,8 68 19
Total anglais 185,6 212 100
  Médias numériques 64,3 82 67
  Distribution numérique 28,6 124 30
  Vidéo sur demande 3,0 10 3
Total français 95,9 216 100
  Médias numériques 5,4 15 93
  Distribution numérique 0,4 1 7
  Vidéo sur demande 0,0 0 0
Total autochtone 5,8 16 100
  Médias numériques 0,6 5 56
  Distribution numérique 0,0   0
  Vidéo sur demande 0,4 3 44
Total diversité linguistique 1,0 8 100
         
Total général 288,3 452  

 

Retour Haut de la page

Sources de financement des projets du volet convergent

Télévision

Les sources de financement des émissions de télévision de langue anglaise et de langue française cumulent 990 millions de dollars au total, dont 276,4 millions (28 %) provenant du FMC. Ce pourcentage est identique dans les deux marchés, le FMC ayant versé 182,7 millions pour la production d’émissions de langue anglaise et 93,7 millions pour la production d’émissions de langue française.

Langue anglaise

Sur le marché anglophone, ce sont les télédiffuseurs qui ont fourni la part la plus élevée du financement, soit 29 %, suivis de près par le FMC, à 28 %. Les gouvernements provinciaux arrivent au troisième rang, à 19 %, suivis du gouvernement fédéral, à 10 %. Les autres sources de financement ont fourni les 14 % restants.

En pourcentage, la contribution des différentes sources de financement varie considérablement selon le genre. Le FMC a fourni 24 % du financement total des émissions pour enfants et jeunes; il s’agit du pourcentage le plus faible de tous les genres. De leur côté, les distributeurs et les sources étrangères ont fourni 10 % du financement, ce qui indique l’attrait que ces émissions suscitent à l’échelle internationale. Le FMC a fourni 30 % du financement total des documentaires; il s’agit du pourcentage le plus élevé de tous les genres. En outre, il a fourni 29 % du financement total des dramatiques, ce qui en fait la source de financement la plus importante pour ce genre. Enfin, les télédiffuseurs ont contribué davantage en proportion aux émissions de variété et arts de la scène (VAS) qu’aux autres genres, versant 39 % de leur financement total.

Note de bas de page

Les résultats excluent les projets financés dans le cadre du Programme autochtone et du Programme de diversité linguistique, qui sont présentés dans une autre section du rapport.

Langue française

Sur le marché francophone, ce sont les télédiffuseurs qui ont fourni la part la plus élevée du financement total, soit 39 % (dix points de pourcentage de plus que sur le marché anglophone), suivis du FMC, à 28 %. Les gouvernements provinciaux arrivent au troisième rang, à 19 %, suivis du gouvernement fédéral, à 11 %. Les autres sources de financement n’ont fourni que 3 %.

En pourcentage, la contribution des différentes sources de financement varie considérablement selon le genre. Le FMC a fourni 27 % du financement total des émissions pour enfants et jeunes et les télédiffuseurs, 40 %. Le FMC a fourni 35 % du financement total des documentaires, le pourcentage le plus élevé de tous les genres, et les radiodiffuseurs ont versé 27 % du financement total, soit le pourcentage le plus faible de tous les genres. En outre, le FMC a fourni 29 % du financement total des dramatiques, et les télédiffuseurs, 38 %. Enfin, les télédiffuseurs ont contribué davantage aux VAS qu’aux autres genres, versant 54 % de leur financement total. La contribution du FMC, à 17 %, est la plus faible de tous les genres.

Note de bas de page

Les résultats excluent les projets financés dans le cadre du Programme autochtone et du Programme de diversité linguistique, qui sont présentés dans une autre section du rapport.

Précision sur les télédiffuseurs

Langue anglaise

Les résultats présentés dans le tableau suivant illustrent les différences considérables qui existent entre le paysage de télédiffusion des marchés anglophone et francophone.

Sur le marché anglophone, la majorité des productions (62 %) ont été financées par des télédiffuseurs spécialisés et payants, suivis par CBC/Radio-Canada (24 %), des autres télédiffuseurs généralistes (13 %) et des télédiffuseurs éducatifs (1 %). Cependant, les contributions varient considérablement selon le genre.

Les télédiffuseurs spécialisés et payants ont joué un rôle actif dans tous les genres. Leurs contributions dépassent celles des autres télédiffuseurs dans toutes les catégories, sauf pour les émissions VAS.  CBC/Radio-Canada a consacré la plus grande part de ses ressources aux dramatiques. Le télédiffuseur est également le principal bailleur de fonds des émissions VAS. Les autres télédiffuseurs généralistes ont également consacré la plus grande part de leurs ressources aux dramatiques. Les télédiffuseurs éducatifs ont affecté leurs ressources aux émissions pour enfants et jeunes et aux documentaires.

 

Langue française

Sur le marché francophone, les écarts de contributions des quatre catégories de télédiffuseurs n’étaient pas aussi étendues que sur le marché anglophone. La majorité des productions (44 %) ont été financées par CBC/Radio-Canada, suivie des autres télédiffuseurs généralistes (25 %), des télédiffuseurs spécialisés et payants (17 %) et des télédiffuseurs éducatifs (14 %). Comme sur le marché anglophone, les contributions varient considérablement selon le genre, mais de façon différente.

CBC/Radio-Canada est particulièrement présente dans le genre des dramatiques, offrant 61 % du financement total du genre versé par des télédiffuseurs. Les autres télédiffuseurs généralistes ont également consacré des ressources aux dramatiques, mais ils dépassent tous les autres types de télédiffuseurs dans le genre VAS. Les télédiffuseurs spécialisés et payants ont joué un rôle actif dans le genre enfants et jeunes, et surtout dans le genre des documentaires, offrant 52 % du financement total du genre versé par des télédiffuseurs. Enfin, les télédiffuseurs éducatifs ont joué un rôle charnière dans le financement des émissions pour enfants et jeunes, offrant 50 % du financement total du genre versé par des télédiffuseurs.

Médias numériques

Langue anglaise

Le FMC a fourni 43 % des budgets de production totaux des projets destinés aux médias numériques, ce qui en fait le principal bailleur de fonds. Les télédiffuseurs arrivent au deuxième rang, à 23 %, ce qui représente une part importante si l’on tient compte que le seuil minimal a été établi à 10 %. Les fonds privés ont versé 14 % du financement, suivis des gouvernements provinciaux (11 %) et des autres sources (9 %).

Langue française

Le FMC a fourni 33 % des budgets de production totaux des projets destinés aux médias numériques, ce qui en fait le principal bailleur de fonds. Les télédiffuseurs arrivent au deuxième rang, à 27 %, ce qui représente une part importante si l’on tient compte du seuil minimal mentionné précédemment. Les fonds privés ont joué un rôle important dans le financement des productions de langue française destinées aux médias numériques, fournissant 24 % des budgets totaux. Les gouvernements provinciaux ont joué un moindre rôle, à 4 %. Les autres sources de financement ont fourni les 12 % restants.

Sources de financement des projets convergents par langue (Composantes NM)
Tous les genres (%)

 

Retour Haut de la page